sur les traces de René DEPESTRE

Publié le par dame du lac oc

sur les traces de René DEPESTRE

 

René  DEPESTRE est né en Haïti.

 

Deux livres à prendre à bras-le-corps :

                                                              " Non-assistance à poètes en danger"

et                                                                           " Rage de vivre".

 

 

 

" Rien ne se crée à partir de rien; les nouvelles histoires naissent des anciennes.

  Ce sont les nouvelles combinaisons qui les rendent nouvelles."

                                               Salman Rushdie [Haroun et la mer des histoires]

 

 

                                                 

Tout d'abord, l'original: 

 

                          Retour à un jardin de l'enfance

 

En ce temps-là mon foyer était un jardin

je suivais le seul feu de mes voisins arbres

le goyavier imitait pour moi l'éléphant

je voyageais sur son dos aussi loin

que le permettait le manguier

qui se méfiait des animaux trop amicaux

l'oranger partageait avec moi des pastèques

le tamarinier était un oncle

qui racontait des histoires de cyclones fabuleux

le quenêpier pour me plaire

mettait un singe à chacune de ses branches

tandis que le bananier changeait son régime

                            [ en volée de perroquets

l'acajou-enfant me révéla un matin :

- lorsque je serai grand je confierai mon bois

aux mains d'une fée qui fabrique des pianos

 

René DEPESTRE

 

 

                                                

Ensuite, une nouvelle histoire :

 

                              Retour à l'espace imaginaire d'un artiste

 

En ce temps-là ma classe était un espace imaginaire

je suivais la seule inclination des récitations et dictées

la poésie m'inspirait pour m'accrocher à un rêve

je m'allongeais sur son aura aussi longtemps

que le permettait les songes

qui se méfiaient du soleil trop éblouissant

la lune traçait avec moi l'irréel

les étoiles étaient un décor

qui brillait dans le ciel des Mille et une nuits

la dictée pour me plaire

mettait l'orthographe à chaque phrase

tandis que la ponctuation changeait de ton

                          [ au rythme des paragraphes

le "ti-braille"- écolier m'apprit un soir :

- lorsque je serai professeur je confierai mes crayons

à l'imaginaire d'un cancre qui aime les beaux-arts

ÂME DU LAC OC

 

                                            

Encore une nouvelle histoire :

 

                                Retour à l'imaginaire de l'écolier

 

En ce temps-là ma cour était l'imaginaire

je suivais le seul penchant de mes lubies

les lianes du petit bois récitaient en écho les vers digérés illico

- un vol de gerfauts

    - au bout du petit matin

             - non au professeur

la douairière taquinait pour moi la maîtresse

je m'endormais sur son ronron aussi loin des dictées

que le souhaitait la page

qui brûlait des doigts turbulents

la plume trempait avec moi les lignes

le cahier incarnait un mage

qui comprenait des écritures d'ardeurs platoniques

le courbaril pour me confondre

exhalait un vertige à chacune de mes notes

tandis que la mandarine semait ses pépins

                             [ en bordure du chemin

le galérien- chérubin me confia un tantôt :

- lorsque je serai capitaine je miroiterai mes marottes

à l'âme d'un albatros qui touche des horizons

ÂME DU LAC OC

 

                                        

AU FIL DES MOTS :

INCLINATION : Force intérieure et naturelle qui oriente spontanément ou volontairement                             la personne vers un objet, un goût, un but.

TRACES : Quantités infimes

ÂME DU LAC OC 

sur les traces de René DEPESTRE

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article