Et les chais se taisaient

Publié le par dame du lac oc

Et les chais se taisaient

 

 

 

Version originale d'un poème d' Aimé Césaire

 

Demain

 

Je suppose que le monde soit une forêt. Bon!

Il y a des baobabs, du chêne vif, des sapins noirs, du noyer

blanc ;

je veux qu'ils poussent tous, bien fermes et drus, différents

de bois, de port, de couleur,

mais pareillement pleins de sève et sans que l'un empiète

sur l'autre,

différents à leur base

mais oh!

que leur tête se rejoigne oui très haut dans l'éther

égal à ne former pour tous

qu'un seul toit

je dis l'unique toit tutélaire!

 

Extrait " Et les chiens se taisaient, Présence Africaine, 1946"

 

TUTÉLAIRE : Qui protège

 

 

Autre version d'un disciple sans discipline.

 

 "faire  du neuf avec du vieux".

 

Utiliser l'artifice préconisé par André Chénier:

" l'imitation inventrice"

ou plus exactement du "braconnage"

 

 Jôdi   Vendanges

 

Je suppose que le monde soit une cave. Hic!

Il y a des merles hauts, du chêne fût, des raisins mûres, du Socara

blanc ;

je veux qu'ils distillent tous, bien rouge et blanc, différents

de vigne, de goût, de robe,

mais pareillement pleins de tannin et sans que l'un emporte

sur l'autre,

différents à leur terroir

mais hic et encore hic!

que leur caractère se goutte oui jusqu'à la lie

régal de Bacchus à ne planter pour Euh le lit

qu' un seul cep

je mis l'unique cep rougescent  rougissant

 

ÂME DU LAC OC

 

 

 

 

Un vers tous les jours

Un recueil tous les ans

Une vie de poèmes

ÂME DU LAC OC

 

 

DRU : Dense

HIC : Difficulté

ÂME DU LAC OC

Et les chais se taisaient

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article