Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

paronomase

Publié le par dame du lac oc

paronomase

 

 

La paronomase est un jeu de mots qui s'obtient par un effet de construction et de sons.

Exemples :

                   "Qui vole un oeuf

                     Vole un bœuf"

Ou 

                  " Qui se ressemble s'assemble"

ÂME DU LAC OC

 

                                                 

Définition du ROBERT :

Figure qui consiste à rapprocher des mots de sonorités voisines ( paronymes) dans une phrase.

Exemple :

               " Qui s'excuse s'accuse"

ÂME DU LAC OC

 

 

                                                                   

En laissant vagabonder la créativité et l'imagination, les trouvailles, peu usitées, surgissent.

"Ce qui compte autant pour les tiens

 Compte autant pour les miens"

 

"Qui rattrape le tir

Rattrape la mire"

 

"Qui navigue vers TYR

Navigue vers MIR"

 

"Qui cherche noise

Cherche l'angoisse"

 

Qui s'éprend d'une oiselle

S'éprend d'une demoiselle

 

Où se cache l'oiseau

Se cache le damoiseau

 

Qui est qui

Qui est riquiqui

 

Qui se porte bien

S'emporte bien

ÂME DU LAC OC 

paronomase

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

amour en poésie

Publié le par dame du lac oc

amour en poésie

Une courte anthologie.

 

                                                      

 

    Qu'est-ce que l'amour ?

C'est ce lutin qui fait qu'on ne dort pas.

Qu'on ne vit qu'à demi, qu'à toute heure on soupire,

Qui, dès le grand matin, tourne en hâte nos pas

Vers un objet qui fait notre martyre ;

C'est ce charmant accord qui nous force d'aimer,

C'est ce je-ne-sais-quoi qu'on ne peut exprimer :

En un mot, c'est ce feu toujours insatiable

Qui nous dévore et nous suit en tout lieu.

Plusieurs disent que c'est un dieu,

Pour moi je crois que c'est un diable.

 Jean-Baptiste DE GRECOURT, Poésies choisies, 1735

 

                          

 

         AMOUREUSE AU SECRET ...

Amoureuse au secret derrière ton sourire

Toute nue les mots d'amour

Découvrent tes seins et ton cou

Et tes hanches et tes paupières

Découvrent toutes les caresses

Pour que les baisers dans tes yeux

Ne montrent que toi toute entière.

         Paul ELUARD, L'amour, la poésie, 1929

 

                                                                          

 

 

                                                        MADRIGAL

Si c'est aimer, Madame, et de jour, et de nuit

Rêver, songer, penser le moyen de vous plaire,

Oublier toute chose, et ne vouloir rien faire

Qu'adorer et servir la beauté qui me nuit :

 

Si c'est aimer que de suivre un bonheur qui me fuit,

De me perdre moi-même et d'être solitaire,

Souffrir beaucoup de mal, beaucoup craindre et me taire,

Pleurer, crier merci, et m'en voir éconduit :

 

Si c'est aimer que de vivre en vous plus qu'en moi-même,

Cacher d'un front joyeux, une langueur extrême,

Sentir au fond de l'âme un combat inégal,

Chaud, froid, comme la fièvre amoureuse me traite :

 

Honteux, parlant à vous de confesser mon mal !

Si cela est aimer : furieux je vous aime :

Je vous aime et sait bien que mon mal est fatal :

Le cœur le dit assez, mais la langue est muette.

               Pierre DE RONSARD, Sonnets pour Hélène, 1578 

 

 

                                      

 

                  LA GUIRLANDE DE JULIE (1641) - Madrigal

"Je ne saurais nommer celle qui sait me plaire

 Un fat peut se vanter, un amant doit se taire

 La pudeur qu'alarmait l'impétueux  désir

 Inventa sagement le voile du mystère

 Et l'amour étonné connut le vrai plaisir."

             Anonyme

 

                                                      

 

 

            POUR CEUX QUI S'AIMENT

Qu'entre leurs mains la rivière s'émerveille

Qu'entre leurs lèvres les souffles soient étoilés

Et la brise prodigue à leur accord

 

Qu'ils parlent le même langage

Qu'ils parlent et puis qu'ils veillent

 

Surtout qu'ils veillent

Les pièges sont tendus

Jusqu'en leur cœur.

      Andrée CHEDID

 

                                      

ÂME DU LAC OC

 

 

En Amour, il y a :

- Le dit

- Le non-dit

- Le sous-entendu

- Et la déclaration ( essentielle pour dire OUI)

ÂME DU LAC OC

 

                                                   

 

L ' Amour se dit aussi en chanson :

 

"Bel kréati" Jean-Philippe Marthély

" La pli si tol" Chicktail

"Lé ou lov" Jean-Michel Rotin

"Sarbacane" Francis Cabrel

"A contre temps" Edith Lefel

"Pa fé mwen la pen" Eric Virgal

"Non misieu" Mario Canonge

 

 

                                              

ÂME DU LAC OC 

amour en poésie

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

poèmes d'amour à la Popol

Publié le par dame du lac oc

poèmes d'amour à la Popol

 

 

D'emblée, en apéro, les préliminaires en cinq titres et quatre sous-titres :

"Les coquillages" (Les coquins)

"Dans la grotte" (Les tourmentés)

"Femme et chatte" (Les amusants)

"C'est l'extase langoureuse" (Les romantiques)

"Ô triste, triste était mon âme..." (Les tourmentés)

 

Et puis....

 

Et puis....

 

Le plat de résistance : Les poèmes de Paul Verlaine  sous le pseudonyme de "Pauvre Lélian"

 

                  LES COQUILLAGES

Chaque coquillage incrusté

Dans la grotte où nous nous aimâmes

A sa particularité.

 

L'un a la pourpre de nos âmes

Dérobée au sang de nos coeurs

Quand je brûle et que tu t'enflammes ;

 

Cet autre affecte tes langueurs

Et tes pâleurs alors que, lasse,

Tu m'en veux de mes yeux moqueurs ;

 

Celui-ci contrefait la grâce

De ton oreille, et celui-là

Ta nuque rose, courte et grasse ;

 

Mais un, entre autres, me troubla.

               Paul VERLAINE, Fêtes galantes,1869

 

 

 

                                     DANS LA GROTTE

Là ! Je me tue à vos genoux !

Car ma détresse est infinie,

Et la tigresse épouvantable d'Hyrcanie

Est une agnelle au prix de vous.

 

Oui, céans, cruelle Clymène,

Ce glaive qui, dans maints combats,

Mit tant de Scipions et de Cyrus à bas,

Va finir ma vie et ma peine !

 

Ai-je même besoin de lui

Pour descendre aux Champs-Elysées ?

Amour perça-t-il pas de flèches aiguisées

Mon cœur, dès que votre œil m'eut lui ?

                Paul Verlaine, Fêtes galantes, 1869

 

 

                                                            

                       FEMME ET CHATTE

Elle jouait avec sa chatte,

Et c'était merveille de voir

La main blanche et la blanche patte

S'ébattre dans l'ombre du soir.

 

Elle cachait - la scélérate ! -

Sous ces mitaines de fil noir

Ses meurtriers ongles d'agate,

Coupants et clairs comme un rasoir.

 

L'autre aussi fait la sucrée

Et rentrait sa griffe acérée,

Mais le diable n'y perdait rien....

 

Et dans le boudoir où, sonore,

Tintait son rire aérien,

Brillaient quatre points de phosphore.

         Paul VERLAINE , Poèmes saturniens, 1866

 

 

                                     

             C'EST L'EXTASE LANGOUREUSE.....

C'est l'extase langoureuse,

C'est la fatigue amoureuse,

C'est tous les frissons des bois

Parmi l'étreinte des brises,

C'est, vers les ramures grises,

Le chœur des petites voix.

 

Ô le frêle et frais murmure !

Cela gazouille et susurre,

Cela ressemble au cri doux

Que l'herbe agitée expire....

Tu dirais, sous l'eau qui vire,

Le roulis sourd des cailloux.

 

Cette âme qui se lamente

En cette plainte dormante

C'est la nôtre, n'est-ce pas ?

La mienne, dis, et la tienne,

Dont s'exhale l'humble antienne

Par ce tiède soir, tout bas ?

    Paul VERLAINE, Romances  sans paroles, 1874

 

 

 

                                              

                               Ô TRISTE, TRISTE ÉTAIT MON ÂME

Ô triste, triste était mon âme

A cause, à cause d'une femme.

 

Je ne me suis pas consolé

Bien que mon cœur s'en soit allé,

 

Bien que mon cœur, bien que mon âme

Eussent fui loin de cette femme.

 

Je ne me suis pas consolé

Bien que mon cœur s'en soit allé.

 

Et mon cœur, mon cœur trop sensible

Dit à mon âme : Est-il possible,

 

Est-il possible, - le fût-il -

Ce fier exil, ce triste exil ?

 

Mon âme dit à mon cœur : Sais-je

Moi-même que nous veut ce piège

 

D'être présents bien qu'exilés,

Encore que loin en allés ?

        Paul VERLAINE, Romances sans paroles, 1874

 

 

                                               

 

 

A la fin, au dessert, cerise sur le gâteau :

C'est à vous de jouer avec les amusantes amulettes.

ÂME DU LAC OC

 

 

Popol sans Arthur 

C'est l'amour sans l'amant

 

De qui parlons nous

De Paul Verlaine

 

De qui parlons nous

D'Arthur Rimbaud

ÂME DU LAC OC

 

 

 

                                                                    

 

Pour finir par une amusante d'Arthur :

                             Rêvé pour l'hiver

L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose

Avec des coussins bleus.

Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose

Dans chaque coin moelleux.

 

Tu fermeras l’œil pour ne point voir, par la glace,

Grimacer les ombres des soirs,

Ces monstruosités hargneuses, populace

De démons noirs et de loups noirs.

 

Puis tu te sentiras la joue égratignée...

Un petit baiser, comme une folle araignée,

Te courra par le cou....

 

Et tu me diras : "Cherche !" en inclinant la tête,

- Et nous prendrons du temps à trouver cette bête

- Qui voyage beaucoup....

                 Arthur RIMBAUD, Poésies, 1868-1870

 

 

 

                                       

 

 

PENSÉE EN LIBERTÉ :

: A partir d’une photo de 1900-1915 de Morubi (Albanie)

 

 

Décrire l’image de façon à donner à voir

 

Sorti d’une boîte à images cette  photographie noir et blanc de 1915, vestige d’une époque pas si lointaine, captive l’œil par la représentation d’un salon de barbier.

Le photographe est un artiste qui, à mes yeux, a voulu montrer une grande quantité de menus détails sur une seule image.

 

 Au premier plan trois personnages symbolisent le métier du barbier d’Albanie.

Le beau marché a tenu ses promesses. L’image restera figée pendant un sacré bout de temps.

 

 En 2011, l’image, intacte et jaunie à la fois,  est parvenue entre nos mains. C’est maintenant que la légende naît. 

 

A gauche, le barbier, soucieux de la précision de ses gestes, rase la tempe d’un homme d’un certain âge, endormi.

A sa droite, un enfant déjà presque  jeune homme, droit comme un piquet, tient dans ses mains un plat blanc.

L’espace paraît familier mais on se demande s’il n’a pas été arrangé pour la pose.

Mystère des photos sans légende qui laisse à l’imagination une grande latitude.

 

A l’arrière-plan, des objets disparates  fascinent.

Un miroir posé dans l’encoignure d’un poteau bien sculpté, à la manière gothique, reflète l’image de l’homme rasé, abandonné aux mains expertes du barbier.

Tout près, sur la droite, un vase rempli  de fleurs donne une touche de gaieté à cette atmosphère un peu lugubre.

Au-dessus et en continuant vers la droite sont accrochés au mur pêle-mêle les instruments nécessaires à la coiffure.

Cela semble curieux ! On y voit  une brosse, un peigne, un petit miroir, des ciseaux.

Sont-ils  là pour le décor.

Mystère des photos sans légende …..

Il manque probablement une boîte à musique pour égayer l’ambiance cérémonieuse du cliché ancien.

Le photographe voulait à tout prix éviter un embarrassant accident.

Un instant d’inattention et l’irréparable est commis. On ne badine pas un rasoir à la main.

 

 

 

 

 

Scène du point de vue du petit garçon (monologue intérieur)

 

Debout comme un piquet, je reste attentif aux gestes précis du barbier.

Ce moment de la coupe m’est insupportable mais je dois faire bonne figure.

J’aurais tant aimé m’asseoir et dormir comme cet homme.

Mon oncle m’a appris ce rituel et je m’y tiens.

Silence et disponibilité.  

 

 

 

Organisation des textes en patchwork par rapport à la photo

                        Tisser les fragments pour réaliser un tout

 

Point de vue de l’homme endormi

 

Je sens la lame courir  sur ma tempe.

Est-ce ma dernière heure ?

Mais non. Voyons !

Si je suis entre des mains assassines, mon bourreau ne serait pas allé aussi loin dans la coupe.

Mais non. Voyons !

Je suis bien dans des mains expertes.

 

Dans peu de temps, je serai très beau avec ma coupe d’enfer.

Pour l’instant, je somnole.

Je prépare un plan de bataille pour les festivités du village.

 

Je reste tranquille et laisse faire l’homme de l’art et son assistant si dévoué.

 

 

ÂME DU LAC OC

 

DOCUMENTATION :

" Petite Anthologie de la Poésie  Amoureuse" Jean-Joseph Julaud

ÂME DU LAC OC

poèmes d'amour à la Popol

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

cribiche

Publié le par dame du lac oc

cribiche

 

                       

 

                  LA CRIBICHE

Inaccessible, ô ma bibiche

Vlan et bibi nous voguons le bras long

Comme par miracle vers toi cribiche,

Au corps oblong, au corps oblong

                      ÂME DU LAC OC

 

                                                        

 

Autrefois, il y a de cela belle lurette, 

Les cribiches pullulaient dans les eaux limpides des rivières

Actuellement, c'est la mélancolie.

Cribiche, cribiche, adieu , A Dieu.

               ÂME DU LAC OC 

 

           

                                 

 

                    L' ÉCREVISSE

Incertitude, ô mes délices

Vous et moi nous nous en allons

Comme s'en vont les écrevisses,

A reculons, à reculons.

             Guillaume APOLLINAIRE

 

         

                                                           

 

Variante

 

                            Pêcheurs de crustacé   

 

Insoumis, crustacé

Vois-tu nous nous hâtons

Comme toi le crustacé,

A tâtons, à tâtons.

ÂME DU LAC OC

 

             

                                              

 

    Autre variante :

 

                La pêche de la cribiche

Insoucieux, crustacé

Voilà nous nous hâtons

Comme toi la croûte assez,

A tâtons, à tâtons.

     ÂME DU LAC OC 

 

 

                      LA CARPE

Dans vos viviers, dans vos étangs,

Carpes, que vous vivez longtemps !

Est-ce que la mort vous oublie,

Poissons de la mélancolie.

                Guillaume APOLLINAIRE

 

                                                              

 

 

LES ANIMAUX DE LA RIVIÈRE

Le canard

Le castor qui a de grandes dents et qui construit des                         barrages

Le crocodile

Le cygne

Le flamant rose

La grenouille

Le héron

La loutre  terrible carnassier

Le raton laveur

 

 

 

DOCUMENTATION :

"Mes premiers animaux à toucher" 

 

BLAFF    : "Bouillon" de la DOMINIQUE

                 Plat de poisson cuit au court-bouillon et très épicé (cuisine des Caraïbes)

CARPE  : Poisson muet

CHANSON : "Coucou la voilà " de GUILOL

cribiche et écrevisse c'est du pareil au même.

ABLERET   : Filet de pêche carré

                   Synonyme : Carrelet

ACHIGAN : nom masculin " Celui qui se débat"

                   Perche noire (poisson) au Canada

ÂME DU LAC OC 

 

cribiche

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

poèmes singuliers

Publié le par dame du lac oc

poèmes singuliers

 

 

Une douzaine de poèmes singuliers extrait du recueil " 20 Poèmes au nez pointu " de David Dumortier et Anne-Lise Boutin.

 

 

"Le chou c'est chou".

" Les choux c'est encore plus choux"

ÂME DU LAC OC 

         

                                                                L' AVION

Tous les passagers d'un avion s'étaient endormis.

Pas un ne bougeait, si bien que l'avion

s'endormit à son tour.

Il continua son chemin

Dans la nuit

Sans battre des ailes

Sur la ligne de l'infini.

Pourvu que là-bas ce soit un pays

Où l'on ne réveille pas les hirondelles.

 

                                                                      

 

                          LE GARÇON ROND

Un garçon bien rond

Construisait des ponts ronds

Des donjons ronds

Des ronds-points ronds

Avec lui, tout était rond, rond, rond,

Il faisait même le dos rond.

Oh ! mais oui ! Ce garçon

Était un chaton !

 

                                     

 

                                LE JARDINIER PENCHE

Un jardinier se penchait

D'un côté puis de l'autre

Comme un bateau

Ballotté par les vagues.

Peut-être cueillait-il

Des fraises des bois

Sur les bouts de bois

Qui pourrissent parfois 

Sur la mer.

 

                                                

 

                                                                      GRAND HÉRON

Oh, dis-moi, Grand Héron

Pourquoi ton bec est grand et pas rond ?

Mais voyons ! Pour manger les poissons

La tête au sec et la pointe au fond.

 

                                                                        

 

                   LA FEMME AUX NAVETS

Une femme n'avait

Que deux navets

Et elle en donnait

Et elle en donnait

Plus qu'elle n'en avait

Si bien qu'elle en devait

Qu'elle en devait

Oh ! là ! là !

Comment faire

Quand on n'a plus de navets ?

 

                                                          

 

                           UN HOMME CARRE

Un homme carré

Carrément cubique

Avait quatre côtés

Un côté comique

Un côté magique

Un géométrique

Et un tout en brique.

 

                                                                       

 

                        L'HOMME EXEMPLAIRE

Un homme exemplaire

Cherchait à plaire

En donnant l'exemple

Oui, il donnait l'exemple

Et vous laissait le reste

de l'exercice !

 

                                                    

 

                                                         UN MOINE

Un moine vivait

A la verticale

En haut d'une colonne de pierres.

Pour dormir

Il dormait dans la nuit.

Pour boire

Il buvait l'eau de pluie.

Pour manger

On lui montait un panier.

Perché tout en haut

Ce moine

Se prenait pour un moineau !

 

                                                    

 

 

           UN MONSIEUR A L'ENVERS

 

Un monsieur à l'envers

La tête en bas

Le chapeau raplapla

Allant vers qui ?

Allant vers quoi ?

Je ne sais pas

Je ne sais pas !

On a même vu ce monsieur

Renverser de la crème

Sur de la crème renversée.

 

                                              

 

                               LA PARESSEUSE

Une dame disait

Lun

 Mar

  Mercre

    Jeu

     Vendre

       Mais elle disait samedi dimanche

          Pour se reposer plus longtemps !

 

                                                                

 

                                UNE PETITE FILLE 

 

Une petite fille

Qui déménageait

Avait mis sur elle

Toutes ses bagues

Et tous ses colliers

Ses boucles d'oreilles

Ses perles

Et ses bracelets

Elle emmenait avec elle

Toute sa bijouterie

Et puis elle avait mis

Un peu de rouge à lèvres

Lui aussi

Fallait pas l'oublier.

 

                                                          

 

                             DES YEUX PAR TERRE

 

Un homme vit ses yeux par terre

Il les ramassa

   Les replaça

      Dans leur trou

        Et fut bien content

              De ne plus les voir du tout.

               Mais comment avait-il vu ses yeux

                  S' il n' avait plus ses deux yeux ?

                                    Ça ne vous regarde pas !

 

                                                    

 

 

A quand les poèmes au pluriel ?

A la Saint-Glinglin................

ÂME DU LAC OC

poèmes singuliers

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

Anthologie didactique

Publié le par dame du lac oc

Anthologie didactique

 

Au gré des rencontres, quelques définitions,  à laisser, à prendre et à retenir.

ÂME DU LAC OC

 

 

                         

                       SILENCE

Chut

le chat dort

Chut

le monde s'endort

Chut

le grand bleu  s'endort

ChutE

les étoiles goûtent

LE SILENCE,

ÂME DU LAC OC

 

CHANSON : "Retiens la nuit" Johnny HALLIDAY

 

                                                                      

 

                                 Chanson murmurée

Je sais un cœur petit  comme un bouton de rose

Chut ! chut ! ne faisons pas de bruit

Afin qu'il repose

Toute la nuit.

 

Je sais un cœur petit comme un bouton de rose,

Chut ! chut ! il vient de s'endormir,

Ne faisons pas de bruit pour que demain il ose

Tout doucement s'ouvrir.

                                    LOUISA  PAULIN 

 

                                                

   

                                                    

 

 

                              L'ami

L'ami est celui qui comprend

sans avoir besoin de paroles.

D'un seul regard il nous console

de nos chagrins petits ou grands.

 

L'ami est chaleur et lumière

il est la flamme et le flambeau

la source qui devient rivière

l'âme-soeur le frère jumeau.

 

Il est autre et pourtant nous-même

notre reflet et notre écho

dans le miroir d'un seul poème

dans le secret du jardin clos.

                 Pierrette SARTIN

 

                                                       

 

                                 L' OISEAU BLEU

Mon oiseau bleu a le ventre tout bleu

Sa tête est d'un vert mordoré

Il a une tache noire sous la gorge

Ses ailes sont bleues avec des touffes de petites plumes jaune doré

Au bout de la queue il y a des traces de vermillon

Son dos est zébré de noir et de vert

Il a le bec noir les pattes incarnat et deux petits yeux de

jais

Il adore faire trempette se nourrir de bananes et pousse

un cri qui ressemble au sifflement d'un tout petit jet

de vapeur

On le nomme le SEPTICOLORE

                  Blaise CENDRARS

 

                                                 

                       Le traîte

Le tendre liseron sur l'épaule des fleurs

Pose en ami sa main légère.

Et puis très vite il exagère,

Il enlace, il embrasse, il devient étrangleur.

                     Lucienne DESNOUES

 

                                                                       

 

                   Natation

Longues brasses coulées

face aux lointains rivages

dont le décor oscille

à chaque élan des jambes ;

 

ailes-pieds mesurant

les cadences du crawl,

quand les bras se remplissent

d'un vertige de ciel ;

 

pâmoison du silence

dès que le corps repose

en surface, immobile,

et flottant sur lui-même.

 

Eau, féminine étreinte,

dégoulinante écorce

qui ne nous abandonne

qu'à l'épaulée du sol,

quand le nageur surgit,

émerveillé de s'être,

un instant, replongé

dans le liquide heureux

des naissances lustrales.....

         Jehan DESPERT

 

                                                           

                                     L'âme :

New York est loin de l'île Maurice. - Je nomme la distance.

Naguère par bateau à voile, il fallait trois mois pour y aller.

Aujourd'hui par l'avion ça prend trois jours.

L'avion atomique nous y mènera en trois heures 

et telle fusée en trois minutes.

La radio fait mieux, elle nous y mène en un tiers de seconde.

- Viendra un jour où la télévision nucléaire nous y mènera en un millième de seconde.

- Nous marchons rapidement vers la vitesse du temps instantané,

jusqu'à atteindre la vitesse même de l'espace.

Tu veux dépasser le temps instantané?

Sois sur le plan de l'âme.

           Malcolm DE CHAZAL (1902- 1982) Science magique

 

                                               

     

 

                    ARC-EN-CIEL

Quand le soleil pleut

Et que la pluie luit,

Le ciel met le feu

A son parapluie.

 

Il sort d'une étoile

Des pinceaux de poils

Et de la blancheur,

Sa boîte à couleurs.

 

Puis il effiloche

Un paon fabuleux

Sur le chapeau-cloche

D'une ombrelle bleue.

       PIERRE CORAN

 

                                               

 

                On lisait des poésies

On lisait des poésies

on a oublié

le rôti.

 

Le rôti est tout brûlé

                        charbonné

                        calciné.

 

Nous ne l'avons pas mangé

le rôti tout brûlé

                 charbonné

                 calciné.

 

On a mangé un sandwich

du fromage et des radis

en lisant des poésies.

                          Andrée CLAIR

 

                                                  

 

                                            Le Guépard

Le guépard est une magnifique bête

                    de l'espèce des félidés.

Mais, à l'encontre des animaux de cette famille,

           il ne possède pas de griffes

mais des ongles, comme le chien.

                Sa course est superbe ;

C'est un spectacle inoubliable mais fort rare

car généralement on court devant.

            Jean L'ANSELME

 

 

                                    LE GUEPARD

Attention au guépard

Dit le chef de gare

Attention au …..

Trop tard!

Il l'a mangé

Restent sur le quai

Un drapeau

Une casquette

Une chemisette

Un sifflet dans un soulier

                           Gérard BIALESTOWSKI

 

   

  Déclic codé :

Rosier sauvage et nom de sa fleur : Eglantier et Eglantine

Rapace qui doit son nom à sa proie favorite : Aigle des singes

Réplique de Rodrigue dans "Le Cid" de Corneille : A moi comte deux                                                                                                                     mots

Détroits  marquant la limite entre l'Asie et l'Europe : Bosphore et                                                                                                                            Dardanelles

 

     ÂME DU LAC OC 

 

 

 

Consigne : Intention de départ ludique

                  Spectre de l’arc-en-ciel

                  Choisir une couleur

                  Associer le mot pied sur l’idée de pied-noir

 

Titre :              LE PIED JAUNE

 

 

Prendre le pied

Choisir le jaune

Choisir la couleur du soleil

 

Prendre le pouls de la terre

Avoir les pieds sur terre

Planter  pied jaune : plantain

 

 

C’est être sur pied

C’est être jaune

Ce n’est pas chinois

 

 

La lumière du soleil

Traverse tête pied

Le  pied tête ti-nain

 

 

Le ti-nain vert devint jaune

Comme le pied plantain

 

Le pied plantain

Déjà pour un :  vert

Devient bien jaune

 

Le pied est par terre

Le pied jaune est dans terre

 

 

Le ti-nain n’est pas chinois

 

Le ti-nain veut être :

 

SOLEIL

 

Le ti-nain n’a que la couleur

Le chinois prend son pied

 

Il rit         J A U N E

 

ÂME DU LAC OC

 

 

 

 

Ciel 

 

Voilà par quoi on aurait dû commencer : le ciel 

Fenêtre sans rebord, sans feuillure, sans vitres.  

Ouverture et rien d’autre, 
mais ouverte largement 

Nul besoin d’attendre une nuit sans nuages, 

ni de lever la tête  

pour regarder le ciel. 

Je l’ai derrière mon dos, sous ma main, mes paupières. 

Le ciel m’enveloppe fermement,  

me soulève.  

Les montagnes les plus hautes 

ne sont pas plus près du ciel 

que les vallées les plus profondes.  

Pas un endroit où il y en aurait davantage 

que dans un autre endroit. 

Un nuage est aussi lourdement 

écrasé par le ciel qu’une tombe.  

Une taupe n’est pas plus au septième 

qu’un hibou qui agite ses ailes. 

Une chose qui tombe dans le vide 

tombe du ciel dans le ciel.  

Fluides, liquides, rocheuses 

enflammées et aériennes 

étendues du ciel, miettes du ciel 

ciel qui souffle et ciel qui s’entasse. 

Le ciel est partout 

jusqu’aux ténèbres sous la peau. 

Je mange du ciel, j’évacue du ciel. 

Je suis piégé piégé, 

habitant habité, 

embrasseur embrassé, 

question en réponse à question. 

Le diviser en Ciel et Terre 

n’est pas la façon idoine 

d’appréhender ce Tout.  

Ça permet juste de survivre 

à une adresse plus précise, 

plus facile à trouver, 

si jamais on me recherche.  

Mes traits particuliers : 

admiration et désespoir.  

 

Wislawa Szymborska, De la Mort sans exagérer,

traduit du polonais pas Piotr Kaminski, Poésie Fayard, 1996

 

 

 

AU FIL DES MOTS :

FÉLIDÉ  : Félin carnivore comme le               chat 

                 Le plus gros des félins                   est le tigre

 

 

 

DOCUMENTATION :

"Les plus beaux poèmes d'hier et d'aujourd'hui" Jacques Charpentreau

" Poésies des lointains " Marie Etienne

ÂME DU LAC OC

Anthologie didactique

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0