Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

oryctérope et pangolin

Publié le par dame du lac oc

oryctérope et pangolin

 

L'oryctérope et le pangolin se régalent de fourmis.

 

A la recherche de fourmis les compères trouvent un bombyx dans une figue.

Sur le modèle d'un poème de Charles Baudelaire ( Un hémisphère dans une chevelure) l'aventure prend une autre tournure.

 

 

Un bombyx dans une figue

Laisse-moi couper finement, finement, la pelure de ta

figue, y fourrer toute ma bouche, comme un

oryctérope affamé dans le trou d'une

fourmilière, et la fourvoyer avec ma

langue comme une pendule ancienne, pour réveiller des

sensations dans mes papilles.

 

Si tu pouvais deviner tout ce que je goûte, tout ce que

je mange! tout ce que j'avale dans ta figue! Mon braquemart

dérouille sur le mont comme le braquemard des autres

gourmands sur les desserts.

 

Ta figue contient tout un pêcher; plein de 

pécaris et de foraminifères; Elle contient de 

grands jardins dont les pégases s'envolent vers d'

agréables trésors, où la pomme est plus ronde et

plus rosée; où les vergers sont succulents par les

figues pomme, par les joyeuses mûres et par les

pommes d'eau.

 

Dans le nannan de ta figue je suce un bonbon

pétillant de saveurs créoles, de braquemarts coupant de

toutes parts et de tranches de toutes tailles dessinant

leurs croissants grands et petits sur une cuillère géante où

se régale l'irrévérencieux pangolin.

 

Dans les envies de ta figue, j'imagine les parties de

plaisirs allongé sur une berceuse dans l'alcôve des

aînés, transporté par le désir impétueux du gourmand 

entre les descentes de lit et les édredons crémeux.

 

Dans l'incomparable nectar de ta figue, je touche la pelure du

fruit adoré à l'anis et au gingembre; dans la douceur de ta

figue je sens monter l'inédit de l'ivresse interminable; sur

le mystère rose de ta figue; je me pâme des senteurs océanes de sirop miel, de suc à coco et de sarriette.

 

Laisse-moi farfouiller follement tes morceaux moelleux et mitonnés.

Quand je becte ton tunicier troublant et tentant, il me semble

que je récolte des sensations.

 

ÂME DU LAC OC

oryctérope et pangolin

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

la voie lactée

Publié le par dame du lac oc

la voie lactée

 

 

Notre galaxie porte le nom de "Voie Lactée".

Ainsi nommée par les grecs depuis l'Antiquité.

Selon la mythologie, elle aurait été créée par Héracles,

fruit d'une relation adultérine entre Zeus et Alcmène, une humaine.

Comme l'enfant n'était qu'un demi-dieu, il ne pouvait prétendre à

l'immortalité.

Mais Zeus voulait le voir vivre éternellement.

Il profita donc du sommeil de sa femme, la déesse Héra 

pour lui faire téter son sein.

Mais celle-ci s'éveilla et repoussa violemment l'enfant.

C'est la traînée de lait qu'a laissé Héracles s'échapper de sa bouche

qui a projeté dans le ciel la bande blanchâtre

formant la Voie Lactée.

 

Extrait du "Direct Matin "

 

 

                                     Appel et Voie

 

Dis-moi, ton bleu, des fois, s'évapore- t-il, le Ciel ?

Loin du bleu outremer de l'immense mère,

Vers un vaste outre-mer où le soleil fond en miel,

Bleu, darse@, profond ainsi que la mer ? 

Dis-moi, ton bleu, des fois, s'évapore- t-il, le Ciel ?

 

L'univers, l'infini univers, remplit nos rêves !

Quel  dieu a bâti l'univers, baroque big bang

Qu' explose nos grosses têtes de firmament sans trêve

De ce bric à brac incroyable de bang bang?

L'univers, l'infini univers, remplit nos rêves!

 

Emporte-moi, rossignol! enlève-moi, arc-en-ciel ?

Loin ! loin! ici la pomme est faite de nos malheurs !

- Est-il vrai que des fois le beau bleu du ciel

Dise: Loin des nuages, des yeux, des couleurs,

Emporte-moi, rossignol! enlève-moi; arc-en-ciel ?

 

Comme vous êtes loin, Voie lactée,

Où sous une autre étoile tout n'est que lumière et vagabondage,

Où tout ce que l'on espère est digne d'être espéré,

Où dans l'étendue sidérale l'espoir fait vivre!

Comme vous êtes loin, Voie lactée !

 

Mais la jaune voie des espoirs incertains,

Les nébuleuses, les exos, la casserole, les paquets,

Les cours dormant à l'appel des séraphins,

Avec les aurores roses de Pactole dans les baquets,

- Mais la jaune voie des espoirs incertains,

 

L'ultime voie, pleine de péripéties maladives,

Est-elle déjà plus loin que Tourbillon @et que Spirale barrée@ ?

Peut-on la suivre avec des âmes fugitives,

Et poursuivre encor d'une traite rapide,

L'ultime voie, pleine de péripéties maladives?

 

ÂME DU LAC OC

 

 

      chanson de Francis Cabrel " Je te suivrai"

link

 

 

 

@ Sans explication, tout cela paraît abscons ( c'est du chinois).

 

Darse ou darce : bassin, en particulier d'un port méditerranéen. (signifiant)

 

                             couleur bleue ( signifié) ; analogie entre le ciel et la mer.

 

                             Ce qui est en haut est en bas et vice versa.En trois mots:

                                                          LE GRAND BLEU

 

                                                             Signifiant : porteur de sens

                                                                Signifié  : concept

 

Tourbillon et Spirale barrée (galaxies)  découvertes grâce à l'aide précieuse

d'un expert de la toile. 

Tourbillon M 51 - Messier 51

Spirale barrée NGC 1365 renommée SS35 par un farfelu.

 

ÂME DU LAC OC

 

 

 

      Ce texte poétique " Appel et Voie" est très largement inspiré

 

d'un texte de Charles Baudelaire dans " Les fleurs du mal" :

 

                                                    MOESTA ET ERRABUNDA @

 

Dis-moi, ton coeur, parfois, s'envole-t-il, Agathe,

Loin du noir océan de l'immonde cité,

Vers un autre océan où la splendeur éclate,

Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité?

Dis-moi, ton coeur, parfois, s'envole-t-il, Agathe?

 

La mer, la vaste mer, console nos labeurs!

Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse

Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,

De cette fonction sublime de berceuse?

La mer, la vaste mer, console nos labeurs!

 

Emporte-moi,wagon! enlève-moi,frégate!

Loin! loin! ici la boue est faite de nos pleurs!

-Est-il vrai que parfois le triste coeur d'Agathe

Dise: Loin des remords, des crimes, des douleurs,

Emporte-moi,wagon, enlève-moi, frégate ?

 

Comme vous êtes loin, paradis parfumé,

Où sous un clair azur tout n'est qu'amour et joie,

Où tout ce que l'on aime est digne d'être aimé,

Où dans la volupté pure le coeur se noie!

Comme vous êtes loin, paradis parfumé!

 

Mais le vert paradis des amours enfantines,

Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,

Les violons vibrant derrière les collines,

Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,

-Mais le vert paradis des amours enfantines,

 

L'innocent paradis, plein de plaisirs furtifs,

Est-il déjà plus loin que l'Inde et que la Chine ?

Peut-on le rappeler avec des cris plaintifs,

Et l'animer encor d'une voix argentine,

L'innocent paradis plein de plaisirs furtifs ?

 

@ " Rêveuse et vagabonde"

 

    ÂME DU LAC OC

 

 

 

AU FIL DES MOTS :

BANG : Bruit éclatant

ÂME DU LAC OC

la voie lactée

Publié dans mythologie grecque

Partager cet article

Repost0

croque-mort

Publié le par dame du lac oc

croque-mort

 

Une hésitation subsiste quant à l'orthographe de croque-mort: 

comme Dupont et Dupond c'est la terminaison qui change.

La légende du croque-mort est mordante et croquante.

Le croque-mort croque et mord sans mors et sans remords    

Le gros orteil de ceux qui partent les deux pieds devant.

Le croque-mort confirme, ainsi, le passage de vie à trépas.

Dans le temps, le croque-mort pouvait attraper un gros pied

Et même un gros poil.

Les croque-morts ne pratiquent plus de la sorte. 

ÂME DU LAC OC

 

 

 

AU FIL DES MOTS :

 

CROQUE-MORT  : nom masculin - Familier -

                             Employé des pompes funèbres

                             - au pluriel : Des Croque-morts - 

ORTEIL            :  nom masculin

                           Doigt de pied

 

 

Pour finir vraiment :

               LE TEMPS DE MA MORT

Quand viendra le temps de ma mort

Petite fille que pourras-tu

Comme robe au vent

Sèchent les pleurs

 

Qu'est-ce que j'emporte

Même pas ton cri

Qui bondissait en moi

Comme un jeune chevreau

 

Petite fille éloigne-toi

Quand je serai de terre

Cette mère d'absence et d'ivoire

Fuis ce n'est plus moi.

     Andrée CHEDID

 

 

DOCUMENTATION :

" Le Chedid" Illustration Laurent CORVAISIER

ÂME DU LAC OC

croque-mort

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

gibecière

Publié le par dame du lac oc

gibecière

 

 

De gibiez 

A mettre dans le sac en bandouillère

ou encore dans la poche de kangourou

 

La chasse aux animaux

La chasse aux demoiselles

La chasse aux papillons

La chasse aux mots d'animaux

 

Exercice de style pratiqué par :

ESOPE puis Jean De LA FONTAINE et maintenant par

Jean d'ORMESSON.

 

C'est la prose de Jean d'Ormesson dans un billet d'humour:

 

Le français? une langue animale.....

"Myope comme une taupe" ," rusé comme un renard","serrés comme  des sardines"... les termes empruntés au monde

animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de la Fontaine, ils sont partout.

 

La preuve: que vous soyez fier comme un coq,fort comme un

boeuf, têtu comme un âne, malin comme un

singe ou simplement un chaud

lapin, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux

de biche.

Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais

comme un gardon et là,... pas un chat! Vous faites le pied de

grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un

lapin.

Il y a anguille sous roche et pourtant le

bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de

linotte avec qui vous êtes copain comme

cochon, vous l'a certifié: cette poule a du chien, une vraie

panthère! C'est sûr, vous serez un

crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien. Vous  êtes prêt à gueuler comme un

putois quand finalement la fine

mouche arrive. Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il

n'y a pas de quoi casser trois pattes à un

canard.

Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de

lion est en fait aussi plate qu'une limande, myope comme une

taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une

baleine. Une vraie peau de vache, quoi! Et vous, vous êtes fait comme un

rat. Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une

écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe.

Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du

coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le

cafard, l'enie vous prend de pleurer comme un

veau (ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon). Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de

cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.

C'est pas que vous êtes une poule mouillée, vous ne voulez pas être le

dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un

agneau sous vos airs d'ours mal léché, faut pas vous prendre pour un

pigeon car vous pourriez devenir le lop dans la bergerie. Et puis, ça

aurait servi à quoi de se regarder comme des

chiens de faïence. Après tout, revenons à nos

moutons: vous avez maintenant une faim de

loup, l'envie de dormir comme un

loir et surtout vous avez d'autres

chats à fouetter.

ÂME DU LAC OC

 

 

Les animaux  en lice :

L' Abeille

L'ânon

La baleine bleue

Le caneton jaune

Le chameau

La coccinelle à dos rouge

Le cochon rose est gourmand et omnivore

L'éléphant et l"éléphanteau peureux sont gris et                                                                        gros

     Si on mélange du noir et du blanc on obtient du gris souvent ; du métissage parfois

L'écureuil petit roux à queue en panache

Le flamant rose

La fourmi noire ou rouge bonne pour la mémoire

Le girafon au long cou

Le gnou

La grenouille pimpante et verte

  Si on mélange du bleu avec du jaune on obtient du vert  ; ciel,soleil et végétal

Le hibou

La hyène

Le koala

Le mouton blanc et le mouton noir

L'oiseau

L'ours, l'oursonne et l'ourson sont marron

La panthère noire porte le manteau de la sorcière

Le perroquet

Le piaf

Le poisson clown

La souris grise existe ; La souris verte n'existe pas

Le tigre

La tortue

ÂME DU LAC OC

 

 

 

AU FIL DES MOTS :

CANARD : Oiseau sur l'eau ou sucre dans le café

ÂME DU LAC OC

gibecière

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

un ka danse dans une oreille feuille-chou

Publié le par dame du lac oc

un ka danse dans une oreille feuille-chou

 

 

 

immages-2014 2553

 

Laisse-moi battre fort, fort la  peau de cabri,

y toquer de toutes  mes forces,

comme un pivert sur le tronc d'un arbre et

meurtrir mes paumes avec vigueur

comme une lavandière à la rivière, pour

extirper la crasse de l'infortune

 

Si tu pouvais scander tout ce que je perçois!

tout ce qui vibre en moi! tout ce que j'entends dans

l'oreille feuille-chou! Mon lwa voyage dans le rythme

comme loas des nègres bleus.

 

Les oreilles feuille-choux écoutent le tout-monde,

plein de vacarmes et de silence;

elles écoutent la mélancolie des mélodies KA.

 

Dans le ka haut de karukéra, je roule un tam tam résonnant de 

variations névralgiques, de congas percutants de

 toutes fiertés et de kadanses de toutes sortes

simulant leurs arabesques magiques et rebelles sur

des corps torrides où se mime la sensuelle kalenda.

 

 

 

Dans le ka bas du bèlè, j'entends le

son de la haute taille jaillir avec frénésie, dans

un spectacle d'un désuet folklore, admiré

par un public déchaîné à souhait, entre les

figures de styles et les combats irréels.

 

Dans le ka sept des contes des sept misères,

je revis l'ardeur du marron nèg mawon conjuguée à la mangrove

et à la liberté; dans la virtuosité du ka,

je vois venir l'apaisement de Violon amputé;

sur des rythmes endiablés du ka, je transcende

les vicissitudes viscérales du coton, de la canne

et du kombit.

 

Laisse-moi faire tout seul le chemin vicinal et fondamental.

Quand j'écoute le gwoka trépidant et puissant,

il me semble que je m'enivre de musiques.

 

ÂME DU LAC OC

 

immages-2014 2229

 

Inspiré largement du texte de Charles Baudelaire, " un hémisphère dans une chevelure"

 

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux,

y plonger tout mon visage,

comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et

les agiter avec ma main

comme un mouchoir odorant, pour

secouer des souvenirs dans l'air.

Si tu pouvais savoir tout ce que je vois!

tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans

tes cheveux! Mon âme voyage sur le parfum

comme l'âme des autres hommes sur la musique.

 

Tes cheveux contiennent tout un rêve,

plein de voilures et de mâtures;

ils contiennent de grandes mers dont les moussons me

portent vers de charmants climats,

où l'espace est plus bleu et plus profond,

où l'atmosphère est parfumée par les fruits,

par les feuilles et par la peau humaine.

 

Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de

toutes nations et de navires de toutes formes

découpant leurs architectures fines et compliquées sur

un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.

 

Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les

langueurs des longues heures passées sur le divan, dans

la chambre d'un beau navire, bercées

par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs

et les gargoulettes rafraîchissantes.

 

Dans l'ardent foyer de ta chevelure,

je respire l'odeur du tabac mêlée à l'opium

et au sucre; dans la nuit de ta chevelure,

je vois resplendir l'infini de l'azur tropical;

sur les rivages duvetés de ta chevelure, je m'enivre

des odeurs combinées du goudron, du musc

et de l'huile de coco.

 

Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires.

Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles

il me semble que je mange des souvenirs.

 

 

immages-2014 2209

 

Références:

" la peau cabri" : Dédé Saint Prix

" lwa ou loas" : René Depestre

"oreille feuille-chou" : grande oreille aux Antilles

" le tout monde" : Edouard Glissant

" karukéra": Autre nom de la Guadeloupe

" roule un tam tam" : Léon Gontran Damas

"kdans en péyi a": Kolo Barst

"kalenda",bèlè, haute taille, gwoka ou ka": danses caraïbes

"conte des sept misères": Patrick Chamoiseau

"marron": nègre marron - nèg mawon

"mangrove" et " fondamental" : Mots d' Aimé Césaire

"violon": dans le film "la couleur pourpre" de Spielberg

"kombit" : Mot dans "Gouverneur de la rosée"  de Jacques Roumain

 

 

 

Hommage au maître Théonor Casérus le guerrier "Danyiété" de Sainte Marie - Martinique-

Né à Bezaudin - Sainte Marie - en février 1930

Décédé le 28 septembre 2020

L'homme était un expert en danmyé ou ladja, un art de combat traditionnel martiniquais né durant la période de l'esclavage

L'homme a grandi dans un quartier sous l'influence de Ti-Emile (chanteur) François dit Gwo Vikto ( koumandè bèlè) Dulténor dit koki (combattant de danmyé)

 

immages-2014 2268

 

Autre version:

 

Laisse-moi battre le cœur de 

l'instrument pour secouer le

sang des zombies bossale de zombi bossal, des zombis

congo, des zombies guinée,

des zombis d'ébène

ÂME DU LAC OC

 

LE FIN MOT EN UN MOT (disons pour les bavards - en deux mots quatre paroles -)

BOSSAL : Captif né en Afrique

LOBE :      Partie d'oreille

RA :          Son du tambour

ÂME DU LAC OC

un ka danse dans une oreille feuille-chou

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0