Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la semaine des astres

Publié le par dame du lac oc

la semaine des astres

 

La semaine dans l'ordre alphabétique :

 

Dimanche 

 

Jour du Seigneur. L'astre est inconnu à ce jour.

 

Jeudi

 

Jour de Jupiter ou Zeus pour certains

Fini les quatre.............    depuis belle lurette

Les jupes sont en solde

désormais  le mercredi.

 

Lundi

 

Jour de lune

J'ai rendez-vous...............

 

" le lundi au soleil"  Claude FRANCOIS

 

 

Mardi

Jour de Mars

Ce n'est pourtant pas le mois mais

la journée de l'homme

 

Mercredi

 

Jour de Mercure

La température risque de monter

gare à la fièvre; celle du samedi est contagieuse

 

Samedi

 

Jour de Saturne

Tiens ! de parler du loup on voit sa queue

Il n'y a pas que la ronde qui fait tourner

 

 

 

Vendredi

 

Jour de Vénus

C'est journée de femme

L'amour est au firmament

 

La semaine  file comme une étoile

 

ÂME DU LAC OC

la semaine des astres

Publié dans pensée en liberté

Partager cet article

Repost0

Agota Kristof écrivain

Publié le par dame du lac oc

Agota Kristof écrivain

 

"l'analphabète" 

Comment devient-on écrivain?

Il faut tout d'abord écrire 

naturellement.

Ensuite, il faut continuer à

écrire.

Même quand cela 

n'intéresse personne.

Même quand on a l'impression que

cela n'interessera jamais personne.

Même quand les manuscrits

s'accumulent dans les tiroirs et

qu'on les oublie,

tout en écrivant

d'autres.

 

Ecrire de courts textes 

sur les souvenirs d'enfance.

 

Une histoire cohérente, avec

un début et une fin.

Texte présentable et lisible.

 

On devient écrivain en

écrivant avec patience et obstination,

sans jamais perdre la foi dans ce que

l'on écrit.

 

C'est l'évocation de la vie

que le lecteur attend.

 

ÂME DU LAC OC

 

AU FIL DES MOTS 

Cohérent : synonyme de logique, sans contradiction

 

ÂME DU LAC OC 

Agota Kristof écrivain

Publié dans littérature

Partager cet article

Repost0

poésie ailleurs

Publié le par dame du lac oc

poésie ailleurs

Poésie

langage déparle

Poésie

aux oiseaux parle

Poésie

aux fleurs  encore parle

Poésie

dans la lune   est

Poésie

le lundi déclame

après le jour sacré

le repos de l'âme

 

Poésie

est

en Papouasie

ou ailleurs.

 

ÂME DU LAC OC

 

 CHANSON :     "La liberté est en voyage" Jean Ferrat

 

1èrjet :

 

Michel Butor

Mots à reprendre qui reviennent :

Dedans

Au secours la maison sombre

Dehors

A la frontière

A la limite

Plus près

Plus loin

Entre-deux

 

 

 

 

 

Dedans

 

Protégé par les murs

La citée vit au rythme des marchés

 

Dehors

 

La forêt s’ouvre par des allées profondes

Dans un dédale de sentier de randonnée

 

A la limite

 

De l’horizon d’un empan

Les yeux touchent l’immensité

 

Plus loin

 

L’invisible est roi

Dans des contrées inconnues

 

Demain

 

Je partirai découvrir

L’ailleurs sans crainte.

 

 

 

ÂME DU LAC OC

 

 

 

 

 

 

 

Second jet :

 

 

Au secours ! La maison sombre

 

Les flots sont déchaînés

L’eau a tout envahi

 

A la frontière

 

Les barbelés sont coupés

La guerre a tout dévastée

 

 

Plus près

 

Les rescapés sont désemparés

Le dilemme reste entier

 

Ici

 

La terre est généreuse

Le bonheur est  précaire

 

ÂME DU LAC OC

 

 

3ème jet :

 

 

Dehors

 

Les chiens se taisent

Le silence est suspect

 

A la limite

 

Rien d’inquiétant

La nature montre des signes

 

Plus loin

 

La mer se met en colère

L’œil avance comme une fusée

 

Bientôt

 

L’ouragan s’abattra

Pendant des heures avec acharnement

                        Cruelle destinée !

 

ÂME DU LAC OC

poésie ailleurs

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

drupe

Publié le par dame du lac oc

drupe

 

 

pulpe

fruit indéhiscent, charnu à noyau

exemple: amande, cerise, pêche

 

Au temps des cerises

le beau fruit ne s'ouvre pas

spontanément

 

Quatre anagrammes de la

PRUDE PERDU

DUPER par une DRUPE

 

La belle a laissée  une 

coquille

ou plus précisément un

noyau.

 

Belle amande 

pour Armande

qui a ouvert le fruit

défendu 

plutôt  indéhiscent

par un coup de pouce.

 

ÂME DU LAC OC

 

 

"Le temps des cerises" Charles Trenet

 

 

 

AU FIL DES MOTS:

 

CERISE : Parfois la guigne

 

DRUPE : nom féminin - "pulpe"

               Fruit indéhiscent, charnu à noyau

 

INDEHISCENT :  adjectif

                          Qui ne s'ouvre pas spontanément, à l'époque de la maturité.

 

PULPE  : Le nom de l'extrémité charnue des doigts  Partie juteuse des fruits charnus

 

ÂME DU LAC OC

drupe

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

inextinguible

Publié le par dame du lac oc

inextinguible

au feu, les pompiers!

il y a péril en la demeure

pour le reste, consulter un autre dico

 

ÂME DU LAC OC

 

"il y a " Vanessa Paradis

inextinguible

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

Dali un d

Publié le par dame du lac oc

Dali un d

 

Lundi, j'ai rencontré une beauté au clair de lune.

Je suis dans la lune juste ce jour là.

Le jour de la lune, donc, tout est possible.

Ma plume s'est envolée toute la nuit.

 

Elle est belle

comme la lune

Qui donc?

 

La fleur de lune: lunidda

 

Merci à cette belle fleur pleine d'inconnu loin des nues.

 

lunidda! lunidda!

 

ludni   ad 

laidd   nu

 

nid d'au l

un da i d'l

un di ad'l

 

un dali d

nida d'uil

un laid d

 

un d laid

d'un lai d

 

lad un di

lundi da

 

lundi  ad

d d'un lai

nd du lai

du lai nd

 

laddi nu

lundi da

lunidda

 

CHANSON : "Si mes larmes tombent"  Christophe Willem

ÂME DU LAC OC

 

 

 

CHANSON :    "désir,désir"  Voulzy

 

 

   

   Autre version:

 

da lundi

lundi da

di da nul

da di nul

belle lune

belle da

beau lundi

beau soleil

dadi un l

dida l nu

da nu di l

dil da nu

d'il nu da

d'un dil a

a d'un d li

ÂME DU LAC OC

 

 

 

  CHANSON :  "the show must go on"  Queen

 

 

 

 

Dialogue à partir du tableau de Salvador Dali

 

 

Dans un musée où les tableaux semblent

 

taciturnes,

 

      la conversation s’engage entre deux

 

visiteurs.

 

  • La violence est-elle tétanisée par la
  •  
  • douceur ?
  •  
  • De quelle douceur s’agit-il ?
  •  
  • De la douceur de vivre !
  •  
  • S’arrêter quelque peu peut permettre
  •  
  • de rêver.
  •  
  • En somme, le rêve donne une autre
  •  
  • tournure aux évènements.
  •  
  • En quelque sorte! 
  •  
  • C’est l’instant fatidique du regard qui
  •  
  • change tout.
  •  
  • Observons bien le contraste.
  •  
  • ÂME DU LAC OC

 

 

 

Mots sur l’état du moment :

 

L’apaisement

 

La création

 

L’écoute

 

 

 

Prendre la plume

 

Et noircir  sur la page blanche

 

De mots inattendus….

 

 

C’est se livrer

 

Et peut-être se délivrer.

 

 

ÂME DU LAC OC

 

 

 

 

UNE AUTRE VERSION :

 

Consigne : Deux personnes déambulent dans un musée ou dans une expo de Salvador DALI.

Titre du tableau : Rêve causé par le vol d’une abeille autour d’une grenade une seconde avant l’éveil.

Proposition : Utiliser le dialogue et si possible des didascalies.

 

 

Dans un musée où les tableaux semblent taciturnes, la conversation s’engage entre deux visiteurs.

  • La violence est-elle tétanisée par la douceur ?

 Interloqué, réponds du tac au tac :

  • De quelle douceur s’agitil ?
  • De la douceur de vivre.

 Ce visiteur est perturbé par la beauté du tableau, laisse le souffler un peu.

  • S’arrêter quelque peu peut permettre de rêver.

 La flânerie est parfois bonne conseillère.

  • En somme, le rêve donne une autre tournure aux événements.
  • En quelque sorte, c’est l’instant fatidique du regard qui change tout.

La vision influe sur la perception.

  • Observons bien le contraste.

ÂME DU LAC OC

Dali un d

Publié dans pensée en liberté

Partager cet article

Repost0

Ti-Manmzell-la

Publié le par dame du lac oc

Ti-Manmzell-la

 

Une petite perle de Gilbert Gratiant né en 1901 à Fort- de France.

Foyalais et père spirituel du premier mouvement littéraire en 1927.

 

 

Aux jeunes filles Créoles:

Capresses, droites et provocantes.

Békées,       de lys et de langueur altière.

Chabines,   enjouées, marquées de soleil.

Coulies,      si fragiles et dont les traits sont purs.

" Bel Ti-Négresses" fermes et saines.

Mulatresses, aux grands yeux souples;

reines de tout le féminin possible;

et à celle qui les résuma toutes,

aux Filles de chez nous, passionnée chacune et gracieuse,

qui, de Grand'Rivière à Sainte-Anne,

et de la Caravelle à Fort-de-France, ont tenu

captif entre leurs longs doigts deliés l'oiseau

dont il est ici parlé.

 

Dépi man ti-manmail, cé pluss man ainmain fleu:

Pass fleu, cé an jadin yo poté lan maison.

Man plein suspension-a épi stéphanotis,

Gadé con ça joli

Trois clochett hibiscus

Ven-a ké balancé con ti cloche la foli

Mélé épi guirlandd du zheb grass argenté!

 

 

L'heu man lévé

Bon matin-a

Dépi chanm-la man té ja ouè

Soleil-la rouge en sang,

Qui té cléré tout neuf, tout matador

L'ot bo la Martinique,

Délè lan mè, délè rhazié, délè chan-can-n,

Délè an gran désodd du toutt monn en l'ai monn,

Oti, rhô passé toutt,

Mi la Montagne Vauclin

Pareil an gran chapeau gendamm,

An gran chapeau satin violett.

  Man seul dan galri-a

Man seul épi moin-minm.

Cé gran carreau blan-a ka fé an bel damié

Quan yo croisé à tè épi cé carreau nouè.

La vie-a douce.

La vie-a bel bon matin-a.

Colibri ka suspen-n bo jasmin d'Arabie

Moin ka ten-n piano qui loin

Dan an villa,

Tou faib, tou douce...

Ca ka sem-m an bel ai,

Ca ka sem-m an romance,

Chanson longtemps........

An la-riviè d'leau clai ka coulé adan roches,

La man soti baingnin en ba an touff bambou

Toutt moun pati.

Man seul épi moin-mimm,

Balancé dan berceuse, cé plési l'innocence:

An-nou songé qui mounté lé moin apré bal,

An-nou songé qui moun té bô moin hiè au souè........

 

An ven fré ka lévé,

I soti bod' lan mè.

A foce jouéépi feuille, i appren-n chanson yo,

I passé dan savan-n, i ni l'odeu gouyave,

Dépi en ba monn-la, i senti man té là,

I juss rété musé bo an pié suringa

Pou couvè moin épi l'odeu man pluss ainmim.

Funett-la gran rouvè.

Vini, chè!

Vini di-moin bonjou.

 

Ou cé an lanmoureu qui pa ni jalousie,

Ou peu caréssé-moin, man ni an gol batiss,

Boucl chuveu-moin défaitt, vini joué adan yo.

 

 

Lan-main-ou press aussi douce que lan main souvenir.

Man sé peu couè ou ja con-naitt toutt secré-moin.

A foce nou ja palé ensenm,

A foce ou ja domi bo-moin,

Quan man tro chau,

Loss an chumise à jou pa minn assé légère.

 

Avan-ou pati,

Metté ti-brin frécheu-ou dan toutt caï-la.

L'heû-ou passé

An-ni frôlé

Epi bel bra-ou pièce moun peu ouè

Mab-la oti Florence posé,

En travè an funett,

Plein soleil, plein lombrage,

Troi caraff la Potrie épi siss vè cristal.

 

 

An branche bougainvillié soti vérandah-a,

Con an voleù d'amour i passé pa persienn,

Mé bel fleu curieuse-la pa ké pren moin aïen...

Ca dou quan an peu di:

"Man pa ni pièce la pein-n,

Pièce gran la pein-n

Adan tchoeu-moin,

Mé man sé peu serré an ti chagrin

Dan lan main-moin,

Con an zoiseau yo pren la glu

Qui lé volé"

 

 

Toutt frécheù gran bain-a man ja pren bon matin

Ka balancé épi moin-minm dans berceuse-la,

Ka vlopé moin

Con si diré la frécheù qui sé suspen-n

En l'ai an sorbé ponm du liane.

Man ka chanté tou longg an chanson ti manmaill

Malgré man ja passé l'age manmaill ka joué zouèl.

Toutt moun ka di man bell:

Juss glace-moin dan chan-m-la

(Bo an couche oti man tro seul lan nuitt-zéclè),

Qui content

Joli ti-manmzell-la loss man ka fè-ï ziou dou...

Man ka di nom an moun man sé lé-ï songé moin,

Pesson-n pa ten-n aïen

Mé man sav i doué sav.......

 

Man laché sandal-moin assou carreau fouètt-la,

Jam-n moin nu,

Pié-moin nu,

Pié-moin qui ka posé,

Pa si fo pu-ï blessé an papillon à tè,

Assé fo pou-ï bercé rêv-moin dan berceuse-la.

 

CHANSON :      " A si paré" Edith Lefel

 

 

                                                        

TRADUCTION

 

Déjà petite fille, j'adorais toute fleur:

Les fleurs, c'est le jardin qu'à la maison l'on porte.

Pleine est la suspension de blancs stéphanotis,

Et voyez combien belles

Sont les clochettes rouges

De l'hibiscus léger

Que balance le vent,

Grelots de la folie

Se mêlant aux guirlandes

Des herbes argentées!

 

En me levant

De grand matin,

De ma chambre j'ai vu

Un soleil tout de sang,

Neuf et pimpant, qui se levait

A l'autre bord de la Martinique

Derrière la mer, derrière les champs de cannes,

Derrière un pêle mêle de morne et de monts,

Parmi quoi dominait

La montagne du Vauclin

Pareil à un bicorne fait de satin violet.

 

Je suis seule dans la galerie,

Toute seule avec moi-même.

Carreaux blancs, carreaux noirs

Font un vaste damier.

Douce est la vie,

Et belle en ce matin, la vie!

Les colibris sont suspendus au bord du jasmin d'Arabie,

J'entends au loin un piano

Dans une villa,

Tout faiblement, tout doucement....

Il semble que ce soit un "bel air" du vieux temps,

Ou bien la romance d'autrefois....

La rivière à l'eau claire coule parmi les roches,

Je viens de m'y baigner sous les bambous en touffe,

Tout le monde est parti.

Et seule je demeure avec moi-même, seule.

Dans la berceuse se bercer,

Voilà bien innocent plaisir.

Songeons à qui m'aimait hier soir après le bal

Et songeons aux baisers qu'hier soir je reçus...

 

      Un vent frais s'est levé,

Tout joyeux, il sortit du rivage et des lames.

A force d'avoir joué et chanté dans les feuilles,

Le vent a retenu la chanson du feuillage,

Passant par la savane, il a goût de goyave,

Dès le bas du coteau, il connut ma présence,

Il s'est même arrêté auprès des seringas

Afin de me couvrir, arrivant près de moi,

Du parfum qu'il sait bien qu'entre tous je préfère.

La fenêtre est ouverte.

Viens, ami,

Viens me dire bonjour.

 

Tu es un amoureux exempt de jalousie,

Tu peux me caresser, ma robe est de batiste,

Mes cheveux sont défaits, viens jouer dans mes boucles.

Douce est ta main autant que la main du souvenir.

N'as-tu pas pénétré mes secrets très intimes?

Nous avons si souvent échangé nos propos,

Si souvent tu dormis, auprès de moi couché,

Alors qu'il fait si chaud,

Qu'une chemise à jour n'est plus assez légère.

 

Avant de t'en aller,

Mets un peu de fraîcheur dans toute la maison.

Frôle en passant

De ton beau bras

Que nul ne voit

La tablette de marbre où Florence a placé,

En travers de la fenêtre ouverte,

Pleine d'ombre et pleine de soleil,

Trois carafes de la Poterie

Et six verres de cristal.

 

Une branche de bougainvillé sort de la véranda,

Comme une voleuse d'amour par la persienne elle passe,

Mais la belle fleur curieuse ne me ravira rien......

      Qu'il est doux de se dire:

"Je n'ai au fond du coeur

Ni peine ni douleur,

Nulle peine pesante,

Mais je pourrais tenir entre mes doigts rejoints

Un tout petit chagrin

Pareil à un oiseau que la glu captura

Et qui veut s'envoler"

 

La fraîcheur du grand bain que j'ai pris ce matin

Avec moi se balance au gré de la berceuse

Et m'enveloppe toute

Ainsi qu'une fraîcheur s'arrête suspendue

Au-dessus d'un sorbet fait de pomme-de liane.

Et tout le long du jour, enfantine, je chante

Bien qu'envolé soit l'âge où je jouais, fillette.

Tous me disent jolie

Et même mon miroir qui m'attend en ma chambre

(Auprès de ce grand lit où trop seule je suis

Par les nuits pleines d'éclairs).

Et même mon miroir

Se révèle amoureux de la " bel ti-manmzell"

Quand je lui fais les yeux doux

Je répète le nom de qui je voudrais bien

Qu'il pense aussi à moi.

Personne ne m'entend

Mais je sais bien qu'il sait........

 

J'ai lâché ma sandale sur la dalle glacée,

Ma jambe est nue,

Mon pied est nu,

Et ce pied-là se pose

Pas assez fortement pour blesser sur la dalle

Un papillon fragile,

Mais assez fortement pour balancer mon rêve

Dans la douce berceuse

 

      Pour en savoir davantage,  lire :

" Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française"

Léopold Sédar Senghor

ÂME DU LAC OC

 

 

                                         

HEU       : Réponse hésitante

Véranda : Galerie vitrée de jalousies martiniquaises

ÂME DU LAC OC

Ti-Manmzell-la

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

histoire d'L

Publié le par dame du lac oc

histoire d'L

 

 

 Archéoptéryx puis Aronde en hirondelle

les L volent en X à tire-d'aile

 

Tourelle, tourterau  et   tourterelle

on croise l' -L-

 

Pastille en l'air, pastourelle 

on croit en elle

 

Visage d'aile Adèle

Visage d'air Ader

Visage d'elle en L

Visage d' - L - en XL

 

Vol d'L

en XL

 X en L

GRANDE  L en XL

 

Les quatre fers en l'air

près d'une 4 L

 PORTES OUVERTES  es  L

- L - en XL  vole en  l'air

 

Prunelle - L- le plafond , si L !

Mirabelle les yeux grands ou vert,  so -L-

 

   -L-     X  L     - L-

 

      P.S : Le chant des dinosaures à plumes ( à voir petits curieux)

ÂME DU LAC OC

 

 

 

LES CONSONNES REDOUBLEES

L'hirondelle prend deux "p" car elle vole avec deux ailes.

 

LA CHARADE REPETITIVE

On peut avoir à déduire la solution à partir du calembour de la répétition ! 

De quoi franchir, avec astuce et humour, les frontières de l'absurde...........

 

Mon premier    est une rondelle de salami sur un boomerang.

Mon second     est une rondelle de salami sur un boomerang.

Mon troisième  est une rondelle de salami sur un boomerang.

Mon quatrième est une rondelle de salami sur un boomerang.

Mon cinquième est une rondelle de salami sur un boomerang.

Mon sixième     est une rondelle de salami sur un boomerang. 

Mon tout est une saison. 

 

 

Pour le plaisir :

                                                      La mirabelle

Belle, au verger du grand pacha,

        Cueillant la mirabelle,

Sur la pièce d'eau se pencha.

        Ainsi se mira Belle.

                     Lucienne DESNOUES

 

 

Solution de la charade :

Le printemps (parce que les hirondelles [ les six rondelles] reviennent).

 

 

DOCUMENTATION :

" Mon premier livre de poèmes" choisis par Jacques CHARPENTREAU

ÂME DU LAC OC

histoire d'L

Publié dans pensée en liberté

Partager cet article

Repost0

Louise a la toux

Publié le par dame du lac oc

Louise a la toux

 

Il s'agit de Louise deVilmorin.

Quelques poèmes pour  nous ravir.

 

                     J'ai la toux dans mon jeu

J'ai la toux dans mon jeu,

C'est ainsi que je gagne

Les cœurs aventureux

Qui battent la campagne

      ........................

La suite à lire dans "Poèmes" Louise de Vilmorin ; Poésie/Gallimard

       ___________________________

 

 

Une autre pour se souvenir de la fable du corbeau et du renard:

 

                               IL VOLE

En allant se coucher le soleil

Se reflète au vernis de ma table:

C'est le fromage  rond de la fable

Au bec de mes ciseaux de vermeil.

 

--Mais où est le corbeau?  --Il vole

 

Je voudrais coudre mais un aimant

Attire à lui toutes mes aiguilles.

Sur la place les joueurs de quilles

De belle en belle passent le temps.

 

--Mais où est mon amant? -- Il vole.

 

C'est un voleur que j'ai pour amant,

Le corbeau vole et mon amant vole,

Voleur de coeur manque à sa parole

Et voleur de fromage est absent.

 

--Mais où est le bonheur? --Il vole.

 

Je pleure sous le saule pleureur

Je mêle mes larmes à ses feuilles

Je pleure car je veux qu'on me veuille

Et je ne plais pas à mon voleur.

 

--Mais où donc est l'amour? -- Il vole.

 

Trouvez la rime à ma déraison

Et par les routes du paysage

Ramenez-moi mon amant volage

Qui prend les coeurs et perd ma raison.

 

Je veux que mon voleur me vole.

 

 

 

Et bien!  

 

J'ai volé le poème.

 

Péché véniel .

 

Pour la peine : à apprendre par coeur

                        et à réciter souvent

 

 

 

CHANSON: "HURT" Christina AGUILERA

 

ÂME DU LAC OC 

Louise a la toux

Publié dans poésie

Partager cet article

Repost0

capselle

Publié le par dame du lac oc

capselle

 

L'amour est une abeille

qui mange le coeur

de pied en cap.

 

Cap en A vent

sur le fleuve des coeurs percés

la cassette sans capsule

le coeur en forme.

 

Le fruit aplati

de la bourse à pasteur

tourmente bien des fleurs.

 

L'abeille se dirige vers le cap

de bonne espérance

et garde au secret le  nectar

 dans le divin  coffret.

 

La capselle est un écrin d'amour.

 

Joyau très précieux pour les âmes romantiques.

 

Offrez des capselles à des demoiselles

et votre coeur ne sera pas solitaire.

 

Nota bene : On peut aussi l' offrir aux dames

                      mais surtout prononcez correctement

                      et méfiez-vous des capsules.

 

ÂME DU LAC OC

capselle

Publié dans dictionnaire

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>