Malineau florilège

Publié le par dame du lac oc

Malineau florilège

Une sélection de poèmes remarquables de Jean-Hugues MALINEAU.

 

                                        Sports 

                     C'était un jockey de Laval

                     Qui ne descendait de cheval

                     Qu'au réveillon du jour de l'An

                     Quand on l'en priait gentiment.

 

                                     Un footballeur de Quiberon

                                    Qui préférait au ballon rond

                                    Les abricots et les carottes

                                   Finit les deux pieds en                 compote.

 

                                                  Un rugbyman de Cavaillon

                                                  Qui se battait comme un lion

                                                  Retrouva avec le ballon

                                                  Son estomac dans ses talons.

 

 

                                                       

         Métier imaginaire

 

    UN CHERCHEUR DE NOISES

Mon grand-père était certainement le plus grand chercheur de noises à cent lieues à la ronde et,

croyez-moi, il avait bien du mérite !

Plus que tout autre en effet, le chercheur de noises s'expose,

quand il ne revient pas bredouille, à récolter des châtaignes ou des marrons !

Les chemins qui conduisent aux noises devaient en tout cas être périlleux,

et mon grand-père avait toujours refusé de m'y emmener malgré mes prières.

 

                      Il rentrait souvent le soir à la maison avec un œil au beurre noir ou le visage en sang,

et ma grand-mère interrompait sa cuisine pour panser son homme.

 

- Mais quand donc auras-tu fini de chercher la petite bête? lui disait-elle d'un ton de reproche.

- Que veux-tu, j'étais attendu au coin d'un bois..... bredouillait mon grand-père.

- Mais as-tu besoin, aussi, de chercher des noises...... comme si t'en avais pas encore assez !

T'es bien le plus grand chercheur de noises que la terre ait jamais porté ! concluait grand-mère.

 

                Moi,

oublié dans mon coin,

j'admirais alors davantage mon grand-père d'être " le plus grand",

au dire de ma grand-mère ;

j'aurais tellement désiré qu'un jour il me montre ces fameuses noises,

puisqu'il en avait tant rencontré,

mais,

chaque fois que je lui en faisais la demande,

il me répondait que j'avais bien le temps

et qu'il avait d'autres chats à fouetter...............

 

 

 

                                           

 

 

Animaux

 

 

                                              

              POULES ET COCOTTES

Un' poul' qui a peur de l'orage

De son ombre et de son plumage

Et des poussins du poulailler

Un' poul' comm' ça...........

est poul' mouillée !

 

              Un' poul' qui croque dans la vie

              A qui un bon steak fait envie

             Qu' ce soit carême ou ramadan

             Un' poul' comm' ça............

             elle a des dents !

 

Un' poul' qui n' connaît aucun vers

Ni de Hugo ni de Prévert

Qui n'a jamais lu Malineau

Elle a un' cer..............

velle de moineau

 

                  Un' poul' couverte de fumier

                 Et de purin et de lisier

                 De bous' de vach' et de vieilles crottes

                 Un' poul' comm' ça...........

                 qu'est-c' qu'ell' cocotte !

 

 

 

 

                                                 

S V T

                           

 

                              BOTANIQUE

Avec ma copine qui a un cœur d'artichaut,

on est allé voir un film à l'eau de rose sur les Champs-Elysées.

On a fait le poireau pendant des heures

et j'avais les jambes en compote ;

mais en plus un grand échalas, une sorte de grande asperge montée en graine plantée derrière moi,

cherchait à resquiller en piétinant mes plates-bandes.

Il devait me prendre pour une bonne poire

et j'aurais fini par lui coller une châtaigne ou un marron

si on n'était pas arrivé au guichet.

Je m'aperçus alors qu'il y avait un pépin :

je n' avais pas un radis sur moi !

Pour ne pas faire chou blanc,

ma copine fut obligée de payer pour ma pomme

et j'en devins rouge comme une tomate.

Oh, tu ne vas pas en faire toute une salade, me dit-elle,

ça coûte quand même pas trois patates

et pis j'ai de l'artiche,

mon père est une grosse légume dans la culture !

 

Le film s'appelait "Dans les jardins d'Eden",

c'était un vrai navet !

 

 

 

                                                    

 

 

Romantisme

 

 

Va-t-elle boire mes paroles ?

 

 

 

                                             

                             RABIBOCHAGE

Le lendemain d'un tête-à-tête

qui avait mal tourné

on était reparti dos à dos

après un corps-à-corps

où je m'étais défendu pied à pied

et coude à coude.

 

Le lendemain on s'est retrouvé

nez à nez

et on s'est regardé yeux dans les yeux

mais au lieu de se rendre œil pour œil

et dent pour dent

on s'est fait du bouche-à-bouche

et joue contre joue

 

on est reparti main dans la main

épaule contre épaule

bras dessus bras dessous.

 

 

Ce type me laisse sans voix !

 

 

ÂME DU LAC OC

 

 

AU FIL DES MOTS :

FUMIER : Purin

ÂME DU LAC OC 

Malineau florilège

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article