chutes de poèmes

Publié le par dame du lac oc

chutes de poèmes

 

 

A l'instar des centons il s'agit de faire un poème avec le dernier vers de plusieurs poètes.

Invitation dans le délire absolu avec une kyrielle  en  résonance.

ÂME DU LAC OC

 

 

                                     

       STELLA LA VOLUPTUEUSE

D'étoiles mon coeur

Toute une mer immense où fuyaient des galères

Ne montrent que toi toute entière

 

Cent fois, pour vous apprendre à vous lever matin

Il inondait de sang cette peau couleur d'ambre

Où je hume à longs traits le vin du souvenir

 

L'emmêlement de nos genoux....

Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers

Bien je mourrais, plus que vivante, heureuse

   ÂME DU LAC OC

 

 

                                

 

   DIZAIN DES FERVENTS

Dans quelque triste lieu qu'on ne te dira pas

Pour assouvir enfin la soif qui me torture

C'est aujourd'hui que je vous aime

Mon cœur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli

L'éclaire de loin pour qu'il ne tombe pas

Veille ; ta forme veille, et mes yeux sont ouverts

Réchauffer de leurs mains le front prédestiné

Le cœur le dit assez, mais la langue est muette

Que serais-je sans toi que ce balbutiement

Bien je mourrais, plus que vivante, heureuse.

ÂME DU LAC OC

 

 

                               

 

 SIZAIN DES FOUS D'AMOUR

Dans ma noire Sibérie

Ô toi, ma créature et ma divinité

Nous dormirons ensemble

Qu'il finisse trop promptement

Tout, parfaitement tout

Bien je mourrais, plus que vivante, heureuse.

ÂME DU LAC OC

 

 

                        

 

DOCUMENTATION :

Vers extrait de la "Petite anthologie de la poésie amoureuse" Jean-Luc JULAUD

" LE SERPENT QUI DANSE " de Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, 1857

" ANTOINE ET CLEOPATRE" de José Maria de HEREDIA, Les Trophées, 1893

" AMOUREUSE AU SECRET...." de Paul ELUARD, L'Amour, la poésie, 1929

" MARIE, LEVEZ-VOUS..." de Pierre de RONSARD, Second livre des Amours, 1578

" LES BIJOUX" de Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, 1857

"LA CHEVELURE" de Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, 1857

" IL N'EST PAS UN INSTANT....." de Anna de NOAILLES, Poèmes de l'amour, 1924

"ELLE ÉTAIT DECHAUSSEE, ELLE ÉTAIT DECOIFFEE ..." de Victor HUGO, Les                                                                                                                            Contemplations, 1856

" OH ! SI J’ÉTAIS EN CE BEAU SEIN RAVIE...." de Louise LABE, Œuvres, 1555

 

Reportage journal télé Antenne 2 du 25 janvier 2018 " La lumière nuit"

 

                                                

 

"A GEORGE SAND" d'Alfred de MUSSET, poésies posthumes

"LAURENCE ENDORMIE" de Patrice de la Tour du PIN, La quête de joie, 1942

"POUR LE MOMENT" de Pierre REVERDY,La plupart du temps, 1989

"PUISQUE J'AI MIS MA LÈVRE...." de Victor HUGO, Les chants du crépuscule, 1835

"ALLÉGEANCE" de René CHAR, Fureur et Mystère,1988

"LA DORMEUSE" de Paul VALÉRY, Charmes, 1922

"FEMMES D'OUESSANT" de René Guy CADOU, Poésie de la vie entière, 1977

"MADRIGAL" de Pierre de RONSARD,Sonnets pour Hélène, 1578

"QUE SERAIS-JE SANS TOI" de Louis ARAGON, musique de Jean FERRAT, 1961

" OH ! SI J’ÉTAIS EN CE BEAU SEIN RAVIE...." de Louise LABE, Œuvres, 1555

 

 

                                      

 

" CHANSON D' APRES-MIDI" de Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, 1857

"PER TE PRAESENTIT ARUSPEX" de Guillaume APOLLINAIRE

"VERS A DANSER" de Louis ARAGON

"JE N' AI REPOS NI NUIT NI JOUR..." de Théophile de VIAU, 1632

"ETUDE DE PRONOMS" de Jean TARDIEU

" OH ! SI J’ÉTAIS EN CE BEAU SEIN RAVIE...." de Louise LABE, Œuvres, 1555

ÂME DU LAC OC

 

 

                                                 

AU FIL DES MOTS :

 

KYRIELLE : une kyrielle est un chant proche de la litanie et très loin de la Lituanie.

                                  En versification, c'est la répétition d'un même vers en fin de chaque strophe ( comme dans "La ballade des pendus" de François VILLON.

 

à essayer pour l'adapter................

ÂME DU LAC OC

chutes de poèmes

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article